AVERTISSEMENT : cet article est destiné à donner des éclaircissements sur le fonctionnement du prélèvement à la source, et plus particulièrement sur le crédit d’impôt applicable aux gains sur cryptomonnaies. Tout examen de votre situation personnelle doit être confié à un avocat spécialisé en fiscalité des cryptomonnaies. Le prélèvement à la source permet de multiples possibilités d’optimisation fiscale. MAIS il peut être préjudiciable dans certains cas particuliers si vous choisissez mal vos options.

EDIT : l’article a été mis à jour à la suite de l’arrêt du Conseil d’Etat du 26 avril 2018 qui a remodelé le régime fiscal des gains sur cryptomonnaies.

EDIT 2 : le nouveau régime des plus-values sur cession d’actifs numériques ne concerne que les plus-values réalisées à partir du 1er janvier 2019.

A moins de vivre dans une grotte, vous n’avez pas pu louper l’arrivée du prélèvement à la source.

Vous êtes peut-être moins informé sur le Crédit d’impôt modernisation du recouvrement ou CIMR.  

Ce crédit vise à dispenser certains revenus d’imposition, afin d’éviter une double imposition sur l’année de transition.

C’est ce qu’on appelle l' »année blanche » (qui en réalité serait plutôt une année « grise »).

Les contribuables vont bénéficier d’un crédit d’impôt égal à l’impôt qu’ils auraient dû verser au titre des revenus 2018.

Les gains issus des cryptomonnaies en 2018 peuvent-ils bénéficier de cette année blanche ? 

 

Pourquoi une année blanche concernant les gains 2018?

 

L’entrée en vigueur du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu est fixée au 1er janvier 2019. 

Seule exception: les employeurs particuliers qui bénéficient d’un report d’une année.

Si vous embauchez une nounou, vous ne serez donc soumis aux obligations du PAS qu’en janvier 2020.

Ce prélèvement a pour objectif, selon le gouvernement, d' »adapter le recouvrement de l’impôt au titre d’une année à la situation réelle de l’usager (revenus, événements de vie) au titre de cette même année » et « de supprimer le décalage d’un an entre la perception des revenus et le paiement de l’impôt sur ces revenus ».

Il ne s’agit donc pas d’une modification du système d’imposition mais d’une modification du calendrier d’imposition et de la responsabilité du recouvrement.

Le calendrier est le même pour tous mais le mécanisme change selon qu’on est salarié ou non salarié:

  • 2018 : les salariés déclarent leurs revenus de 2017, sont informés de leur taux de prélèvement ainsi que leur employeur, lequel est affiché sur le bulletin de paie dès le mois de septembre 2018, et prélevé directement sur le salaire à partir de janvier 2019. Le recouvrement de l’impôt sur le revenu est donc mis à la charge, pour les salariés, des employeurs.
  • 2018: les non salariés déclarent leurs revenus de 2017, sont informés de leur taux de prélèvement et du montant de l’acompte qu’ils doivent verser, optent pour un versement trimestriel ou mensuel (option valable un an), et sont prélevés à partir de janvier 2019.

A noter que pour le système applicable aux salariés est le même pour les bénéficiaires d’allocations et pensions diverses (Pôle Emploi, assurance maladie, retraite), le recouvrement étant alors effectué par l’organisme débiteur.

Ce mécanisme aurait en principe une conséquence très fâcheuse puisqu’en 2019:

  • non seulement vous payez votre avis 2019 sur le revenu 2018 (et oui, puisque l’ancien régime ne disparait qu’à compter du 1er janvier 2019)
  • mais en plus vous êtes prélevé à la source applicable à compter du 1er janvier 2019!

Afin d’éviter un double prélèvement, les revenus de l’année 2018 feront l’objet d’un crédit d’impôt modernisation du recouvrement censé annuler l’application de l’acompte provisionnel.

C’est la fameuse année blanche qui viendra neutraliser vos revenus 2018.

 Ce CIMR pourra également être appliqué aux revenus 2019, sous conditions.

Le CIMR sera également appliqué aux prélèvement sociaux dus sur 2018 sous certaines conditions.

 

L’année blanche, comment ça marche? 

 

Concrètement: 

  • le prélèvement à la source est acquitté dès le mois de janvier 2019;
  • les acomptes provisionnels et mensualités qui auraient dû être appelées au titre de l’ancien système pour les revenus 2018 ne le sont pas;
  • en mai/juin (comme avant), le contribuable déclare ses revenus 2018;
  • pour calculer son taux de prélèvement l’administration fiscale applique le barème progressif de l’impôt sur le revenu au revenu net imposable, en déduisant les crédit d’impôt sur 2017;
  • on calcule ensuite le CIMR pour annuler la double imposition liée à des revenus récurrents, non exceptionnels (salaire par exemple); retenez bien cette information parce qu’elle aura son importance par la suite;
  • on obtient la cotisation d’impôts.

On constate donc qu’avec le nouveau système rien ne change, si ce n’est la périodicité et la modalité de règlement de l’impôt sur le revenu.

A noter : 

  • pour les couples mariés avec disparité de revenus, il sera possible d’individualiser son taux de prélèvement
  • il sera également possible d’opter pour un taux de prélèvement neutre au lieu d’un taux individualisé, le recouvrement de l’impôt étant pour partie fixe et pour partie modulé par le contribuable.

 

L’année blanche, qui en bénéficie?

 

  • les contribuables personnes physiques (donc les personnes physiques domiciliées fiscalement en France, selon le critère de la territorialité de l’impôt)
  • Pour le CIMR sur les prélèvements sociaux : les contribuables qui ont des prélèvement sociaux sur des revenus du patrimoine (revenus fonciers et rentes viagères, locations meublées non professionnelles), ou des revenus de source étrangère liés aux revenus d’activité ou de remplacement.

  • Pour le CIMR sur les revenus : les contribuables qui ont des revenus récurrents sur 2018 à l’exclusion, donc, de tous les revenus qui ont un caractère exceptionnel par nature, c’est à dire qu’ils ne sont pas perçus de façon régulière et récurrente par le contribuable.

 

Que faut-il comprendre par « revenus récurrents« ?

 

Les catégories fiscales de revenus sont les traitements et salaires, pensions et rentes viagères, bénéfices industriels et commerciaux, bénéfices agricoles, bénéfices non commerciaux et revenus fonciers.

 

Pour les traitements et salaires, pensions et rentes

 

Le Gouvernement donne une liste des revenus bénéficiant de l’année blanche car considérés comme exceptionnels:

  • des indemnités de rupture du contrat de travail (pour leur fraction imposable uniquement) – les indemnités de fin de CDD ou de missions (primes de précarité) ouvriront bien droit, en revanche, au bénéfice du crédit d’impôt modernisation du recouvrement ;

  • des indemnités de cessation des fonctions des mandataires sociaux et dirigeants ;

  • des indemnités de clientèle, de cessation d’activité et celles perçues en contrepartie de la cession de la valeur de la clientèle ;

  • des indemnités, allocations et primes versées en vue de dédommager leurs bénéficiaires d’un changement de résidence ou de lieu de travail ;

  • des prestations de retraite servies sous forme de capital ;

  • des aides et allocations capitalisées servies en cas de conversion, de réinsertion ou pour la reprise d’une activité professionnelle ;

  • des sommes perçues au titre de la participation ou de l’intéressement et non affectées à la réalisation de plans d’épargne entreprise (PEE, PERCO) ou retirées d’un plan d’épargne en dehors des cas légaux de déblocage des sommes ;

  • de la monétisation de droits inscrits sur un compte épargne temps pour ceux qui excèdent 10 jours (en-deçà de cette durée, ces revenus sont donc considérés comme non exceptionnels et bénéficient de l’effacement de l’impôt correspondant) ;

  • gratifications surérogatoires, quelle que soit la dénomination retenue par l’employeur ;

  • revenus qui correspondent par leur date normale d’échéance à une ou plusieurs années antérieures ou postérieures ;

  • les primes de signature et indemnités liées aux transferts des sportifs professionnels ou à raison de la prise de fonction d’un mandataire social ;

  • tout autre revenu qui, par sa nature, n’est pas susceptible d’être recueilli annuellement.

Concrètement, sera bénéficiaire du CIMR tout traitement et salaire, pension et rentes, qui n’est pas dans cette liste et qui est susceptible d’être recueilli annuellement (et donc d’avoir une récurrence). Soit traditionnellement : salaire, pensions de réversion,…

 

Pour les revenus fonciers

 

Bénéficient de l’année blanche:

  • les loyers et fermages perçus en 2018 directement ou indirectement par le contribuable et qui arrivent à échéance en 2018 en vertu de l’exécution normale du contrat conclu entre propriétaire et locataire,
  • les revenus des propriétés dont le propriétaire se réserve la jouissance (calculés sur la valeur brute du bien)

 

Sont exclus du CMR:

  • les revenus qui ne peuvent pas être perçus annuellement
  • les revenus bruts perçus en 2018 mais qui se rattachent à d’autres années.

 

Pour les BIC, BNC, BA et revenus de dirigeants salariés d’entreprise

 

En 2019, le montant du revenu 2018 retenu pour le calcul du CIMR sera :

  • soit le bénéfice imposable au titre de l’année 2018 (déduction faite des revenus exceptionnels par nature),
  • soit, s’ils sont inférieurs, le plus élevé des bénéfices imposables sur les années 2015, 2016, 2017 (déduction faire des revenus exceptionnels par nature) 

En 2020, le contribuable pourra bénéficier d’un complément de CIMR si:

  • son revenu 2019 est supérieur à celui déclaré en 2018
  • son revenu 2019 est inférieur à celui déclaré en 2018 mais supérieur au revenu le plus élevé de 2015/2016/2017.

 Par ailleurs, si le contribuable réalise son premier revenu (BIC, BNC, BA, salaire de dirigeant) en 2018 alors ce revenu sera  intégralement pris en compte dans le calcul du CIMR.

 

Comment est calculé le CIMR?

 

En réalité c’est très logique :

  • l’objectif est de corriger les revenus non exceptionnels qui ne doivent pas être pris en compte deux fois au titre d’une même période fiscale (2018);
  • on retient donc les revenus non exceptionnels  qui entrent dans le champ du prélèvement à la source (1);
  • dans un premier temps on calcule le montant de impôt sur le revenu 2018 (2) à partir du revenu net imposable  (3) (soit, pour simplifier, le revenu brut global moins les abattements pour charges, etc)
  • dans un second temps on applique cette formule:

CIMR = IR 2018 (2) x revenu net imposable des revenus non exceptionnels (1)/ revenu net imposable (3)

Dans le cas des revenus BIC, BNC, BA, dirigeants salariés, le montant retenu au (1) sera donc soit le bénéfice 2017 soit le plus élevé des bénéfices 2015/16/17 s’ils sont inférieurs.

 

Application de l’année blanche aux gains sur cryptomonnaies

 

Tout d’abord, il convient de distinguer, pour une personne physique :

  • si les gains sont issus d’une activité occasionnelle de revente de cryptomonnaies : ils seront imposés en tant que plus-value sur cession de biens meubles;
  • si les gains sont la contrepartie de la participation au réseau (ex: minage): ils sont imposés dans la catégorie des bénéfices non commerciaux;
  • si les gains sont issus d’une activité régulière d’achat pour revente (et ce, même si le bénéficiaire n’a pas la qualité de commerçant) : ils sont imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux. 

Dans le cas des bénéfices industriels et des bénéfices non commerciaux, les contribuables bénéficieront de l’année blanche à la condition que ce revenu ne soit pas considéré comme exceptionnel par l’Administration fiscale, c’est à dire que:

  • le revenu N+1 devra être supérieur au revenu N
  • le revenu N+2 ne devra pas être inférieur au revenu N+1

Dans le cas des gains sur plus-values de cession de biens meubles, ils sont tout simplement exclus du prélèvement à la source puisqu’ils font l’objet d’une déclaration fiscale dans le mois de la cession.

Ensuite pour comprendre le mécanisme de l’année blanche, prenons le cas de Simon, qui  fait du trading de cryptomonnaies et en tire un  BIC.

 

Dans le cas où Simon a commencé à trader en 2015, 2016, 2017

 

Les revenus BIC de Simon sont les suivants : 

2015 2016 2017 2018
5 000 5 000 6 000 8 000

 L’impôt sur le revenu de Simon au titre des revenus 2018 (IR 2018) est de 1270 euros.

Son revenu net imposable est de 8000 euros sur 2018.

 Mais ses revenus des 3 années antérieures sont inférieurs, le revenu de l’année 2017 étant le plus élevé.

Il bénéficiera donc de l’année blanche sur ses gains de cryptomonnaies de 952, 50 euros (1270 x 6000/8000).

 Il devra donc payer en 2019 317, 50 euros (1270 – 952, 50).

 

Si en 2019 :

  • Simon a un revenu net imposable de 10 000 euros, il aura droit à un complément de CIMR
  • Simon a un revenu net imposable de 7000 euros, il aura droit à un complément de CIMR
  • Simon a un revenu net imposable de 6000 euros, il n’aura pas droit à un complément de CIMR.

 

Dans le cas où Simon a commencé à trader en 2018

 

En 2018, Simon a un revenu net imposable de 8000 euros et c’est l’ensemble de ce revenu qui sera pris en compte et le montant de l’impôt sera donc égal à 0.

 

Conclusion

 

On l’aura compris, l’année blanche tant attendue n’est pas une véritable exonération fiscale.

 Néanmoins une optimisation fiscale de vos revenus sera possible.

Faites appel à un avocat spécialisé en fiscalité qui saura vous conseiller au mieux.

 

Marina Carrier

 

Avocate en droit des affaires et droit du numérique, spécialisée dans le droit des cryptomonnaies et de la technologie Blockchain

 

Vous souhaitez connaître précisément votre régime fiscal et vos obligations? Vous souhaitez optimiser le traitement fiscal de vos revenus? Le cabinet vous accompagne et vous conseille en fiscalité générale ainsi qu’en fiscalité des cryptomonnaies, dans ses bureaux à Toulouse ou par le biais d’une consultation écrite et personnalisée en ligne.

 

Suivez le cabinet sur les réseaux sociaux: